n20

les humeurs du moment

19 juin 2011

bonne fête papa.

si j'avais un père, je pourrais lui souhaiter une bonne fête, comme le veut la tradition.

Si j'avais un père, je pourrais le présenter à mes enfants, leur dire, voici votre grand-père.

Si j'avais un père, je pourrais être différent, lui demander conseil, son avis sur certaines choses.

Si j'avais un père, je pourrais être fier de lui, de ce qu'il fait, de ce qu'il donne, de ce qu'il transmet.

Si j'avais un père, je pourrais partager des moments entre hommes, entre un père et son fils.

Si j'avais un père, je pourrais être apaisé, après avoir cogité toute ma vie sur ce qu'aurait pu être ma vie, sur ce que j'ai fait de mal pour qu'il me fuie de la sorte.

Mais je n'ai pas de père, il est parti, si loin à 30 km, sans prévenir, sans laisser d'adresse, sans explications, sans regrets, un jour, comme ça.

Mais maintenant je suis en paix, car j'ai compris que ça ne sert à rien de se battre contres des moulins à vent. Il sait où je suis, et s'il veut me trouver, il pourra facilement. Je ne lui courerais plus après, plus maintenant, je n'en ai plus besoin.

Mais ce qui reste difficile, c'est quand les petits me demandent qui est leur grand-père, où il est, ce qu'il fait. J'essaie de leur expliquer clairement les choses, mais est-ce qu'ils comprennent vraiment?

Bonne fête papa. 

Posté par numero20 à 10:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juin 2011

6 ans

il y a 6 ans, tu naissais. Une grande première pour moi qui n'avais jamais connu ça. Une surprise, une découverte, et une émotion immense, qui nous a étreint, ta maman et moi.

Tu es sorti du ventre de ta maman, sur lequel on t'a ensuite posé. J'étais à côté de ta mère, et toi, aprés quelques secondes, tu as réussi à te relever pour nous regarder, avec tes grands yeux si expressifs. Premier regard, premier contact, début d'une vie avec toi.

Ma fille, si tu savais à quel point je suis fier de toi, à quel point je t'aime, à quel point je t'admire. Toi qui comprend tout à demi mot, même les sous entendus que seuls les adultes sont censés comprendre. Toi qui sait lire, qui a appris toute seule à force de volonté et de soirs où tu ne dors pas mais où tu dévores tous ces livres qui peuplent ta chambre.

Ma fille, avec ton coeur si grand, toujours altruiste, toujours aimante, toujours soucieuse des autres.

Ma fille, avec ton caractère fort, que je n'arrive déjà pas à contrôler, avec ta curiosité, ton amour de la nature.

Ma fille, toi qui te prétend végétarienne et qui mange quand même des cuisses de poulet.

Ma fille, je ne sais pas si un jour tu liras ceci, mais ce n'est pas grave car pas besoin de t'écrire tout ça pour te dire à quel point je t'aime.

Oui c'est ça, je t'aime.

Bon anniversaire ma chérie.

Posté par numero20 à 12:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 mai 2011

héritage

Depuis quelques jours, une question me taraude l'esprit. Je ne suis pas malade (ou je ne le sais pas), je ne suis pas suicidaire. Mais juste je me demande ce que je laisserais à mes enfants. Qu'est-ce qu'ils garderont de moi. L'impact de l'image que j'ai sur eux influera sûrement plus tard. Ce n'est pas simple, car si je me réfère à ma propre expérience, ben c'est pas brillant. ils sont rares les moments de bonheur dont je me souvienne. C'est dommage!

Alors évidemment on ne calcule pas lorsqu'on agit, avec les moments sympas, rigolos, de partage, et puis les moments plus durs,  quand il faut élever la voix.

J'ai l'impression de me faire bouffer, souvent, et de ne pas avoir d'autorité, sur rien, sur personne. Je ne cherche pas à être autoritaire, car ce n'est pas moi. Non, il faut juste que je réussisse à faire ce que je sais faire, ce que j'aime faire pour être bien dans mes baskets, et du coup, être mieux à la maison, de bonne humeur, agréable. Et c'est ce qui se passe je crois depuis que j'ai changé de boulot. Mais parallèlement, je suis beaucoup moins présent parce que très pris par ce que je fais, et que j'aime faire. Alors je m'épuise au turbin, mais c'est une période de lancement, et on va corriger le tir à la rentrée.

Alors quelle image vont-ils garder de moi. Qu'auront-ils appris de la vie que je leur montre et qui pourra leur servir? Aimer son boulot, ne pas être fainéant, ne pas compter sur les autres (sauf cas particulier), aimer sa famille, la mettre en priorité, quoi qu'on en pense. Et j'espère qu'ils ne se négligeront pas, qu'ils n'oublieront pas de vivre aussi pour eux, faire ce qui leur plait, raisonnablement. (mais ça je leur montre pas, car je le fais pas.)

Je vous aime mes enfants.

tellement. 

Posté par numero20 à 22:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 mars 2011

oh non!

Posté par numero20 à 23:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 février 2011

sirène

ça y est , j'ai signé et commencé à bosser à la Sirène. 2 camions de son arrivés, et un camion de light.

5 tonnes de carton plus tard, on se retrouve avec du matos tout neuf et c'est trés impressionnant. Mais je vais pas aller me branler dessus comme certains pourraient le penser. C'est juste classe, mais la vie ne s'arrête pas là!

Posté par numero20 à 09:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 février 2011

drôle d'endroit pour une rencontre

samedi aprés-midi. Arsène enchaine son deuxième anniversaire d'affilée en 2 samedis.

Violette veut aller dans une salle de jeux pour enfants, là où son frère a été invité la semaine dernière, justement. Alors j'accepte. Nous déposons Arsène, et direction le terrain de jeu. D'abord, j'avais repéré que le wifi était présent, donc j'ai pensé à prendre l'ordi portable, pas fou! Et du coup, je peux regarder le match de rugby, celui où l'Angleterre va coller une pile aux italiens comme c'est parti, et pendant ce temps, ma fille se fait des copains et s'éclate comme une folle.

Mais le seul truc, c'est que je crois que je vais devenir sourd car le niveau sonore des cris est incroyable. La fréquentation du lieu est trés hétéroclite. Il y a des parents, des grands-parents, des oncles?, bref de tout. Des normaux, des gravos, de tout.

Le seul avantage, c'est que la petite s'éclate, sinon je fuirais à 10000 lieux d'ici.

Et dire que dans une semaine j'aurais fini de bosser au théâtre et que je commencerais à bosser à la Sirène définitivement, enfin. J't ai déjà gouté pendant une semaine, et revenir pour le temps qui reste au théâtre, c'est juste difficile, limite déprimant, car mon impatience ne fait que rendre ce temps qui reste  plus long que le jour qui se lève sur Hiroshima un matin de 1945. (bon là j'abuse, c'est vrai.)

Et puis je pense à Fab et Mathilde qui vivent encore une fois des choses pas drôles, mais on est là pour eux, quoi qu'il se passe.

Et je repense à l'autre jour où en allant faire les courses avec les enfants on a vu un monsieur écroulé sur le trottoir, avec les voitures qui faisaient attention à l'éviter pour ne pas l'écraser, mais avec personne pour aller voir pourquoi il était par terre. Je l'ai déposé à la pharmacie, et il n'est pas mort écrasé (mais peut être l'est-il depuis?).

Et j'ai hâte d'être à lundi soir, soir de St Valentin dont je me fous (pas besoin de ça pour être amoureux, comme j'ai pas besoin de la fête des grands-mères pour penser à aller voir la mienne, de grand-mère). Non juste lundi c'est le jugement pour l'attribution de la garde d'Elie. Ca traine depuis tellement longtemps que je désespère que ma chérie en premier lieu puisse voir le bout de ce tunnel.

je l'aime, je t'aime.

Tout ça, jeté en vrac, car pas présent depuis un petit moment, avec soit rien à dire, soit pas envie, soit pas le temps. Combien de temps vais-je faire durer tout ça? Ce sera selon l'envie. Juste l'envie.

Allez tiens, et si je chroniquais les concerts du boulot, ça pourrait être pas mal ça? 

 

Posté par numero20 à 16:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 décembre 2010

joyeux noël

il faut aller se coucher, il va bientôt passer.

joyeux Noël à tous.

Posté par numero20 à 02:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 décembre 2010

fin d'année

ben voilà, la fin de l'année pointe le bout de son nez, avec son lot de réjouissances, de repas pantagrueliques, de cadeaux, de visites et tout ce qui va avec. C'est l'impatience montante des enfants, la speed des parents qui n'ont rien préparé, comme moi. Il y a ceux qui ont déjà tout planifié à l'avance depuis bien longtemps, et ceux qui verront bien, comme moi.Difficile de planifier avec des familles destructurées. 

mais là, il y a ma petite soeur qui est en France pour quelques jours, et comme on se voit rarement, je compte en profiter au maximum, la voir le plus possible, passer du temps avec elle.Moments si rares.

Et puis fin d'année oblige, c'est l'heure des bilans, sur l'année écoulée, et puis le moments des résolutions, pour l'année à venir.

Moi j'ai un passé devancé tout ça, par la force des choses. D'abord j'ai changé de voiture, car l'ancienne m'a lâchée, et que je n'avais pas le choix. Et puis ça fait du bien de rouler dans une voiture neuve. Prendre le volant en étant sûr d'arriver à destination, c'est un luxe que je ne connaissais plus depuis bien longtemps!

Ensuite, je change de boulot. Bye bye le théâtre, et bonjour les concerts. Fini La Coupe d'Or, et bonjour La Sirène (nouvelle salle des musiques actuelles de La Rochelle). Je leur ai dit oui, et je commence là-bas en février. Ca va me faire un bien fou. Je n'en pouvais plus d'aller bosser dans une boite à chaussures. Envie de me remettre sérieusement au travail, me confronter à de nouveaux challenges, un nouveau lieu, du nouveau matériel, de nouveaux collègues, un nouvel état d'esprit, bref, que du neuf. Je vais regretter quelques personnes, c'est sûr, et je suis un peu déçu de pas faire la réouverture du nouveau théâtre, mais les travaux sont vraiment trop longs, et je n'en pouvais plus d'attendre. Et puis je sais qu'il y aura des traces de moi quand même là-bas, des choses qui seront faites comme je l'avais demandé. Comme une empreinte de moi qui restera et qui marquera pour longtemps mon passage dans ce lieu magique qu'est le théâtre.

Alors pour les nouvelles résolutions de 2011, le plus gros est déjà fait.

bonnes fêtes à tous.

Posté par numero20 à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 décembre 2010

neige et pluie

novembre et son lot de mauvais temps, décembre qui commence pareil, ça promet pour cet hiver.

bon, la météo étant faite, un petit point mensuel car je deviens fainéant, bouffé par facebook je crois.

alors d'abord, l'automobile: le contexte, retour du bowling où nous avons emmené Elie avec ses potes pour son anniversaire. Au retour, le voyant du moteur dans le rouge, mais grâce à mes réserves (car je suis prévoyant) je passe 6 litres d'eau et je réussis à ramener la meute chez eux. C'était le samedi. Ras le bol de flipper avec la caisse, donc dés le lundi matin, avec ma Violette malade, je vais chez le concessionnaire à 10h, et je lui dis voilà, je veux une nouvelle voiture pour tout de suite. Il me dit: "j'ai celle là, clio campus.com, ça ne s'invente pas, en super promo, et je vous reprends l'ancienne qu'on vient chercher chez vous. 

- elle est libre de suite?

- bien sûr monsieur.

- d'accord, je la prends;

-vous ne voulez pas vous asseoir dedans avant de signer?

- euh oui, d'accord."

Donc voilà, je roule en voiture neuve que je ne paierais que pendant 5 ans...

 

Sinon j'attends toujours des nouvelles de ma Sirène, savoir si elle va me prendre dans ses filets, ou pas. Il faut juste qu'elle soit généreuse niveau salaire avec moi, sinon je reste dans ma boite à chaussure.

voilà les news. Affaire à suivre.

(et je continue ma généalogie à moi, retour vers le passé)

Posté par numero20 à 21:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2010

novembre, dimanche

petit matin de novembre, après une semaine bruineuse;

tiens, je suis allé acheté à la boulangerie de quoi faire un petit déjeuner sympa, avec chocolatines, croissant, pain viennois, baguettes. Ca faisait longtemps que je n'avais pas fait ça. C'est agréable. Une journée de repos après une semaine pas vraiment sympa niveau boulot. Se détendre, c'est ce qui manque le plus par les temps qui courent.

je vais allé voir ma grand mère, discuter avec elle et profiter de son incroyable mémoire. Elle m'a donné l'envie de faire l'arbre généalogique de la famille, et c'est passionnant. J'ai passé de longues soirées à lire sur le net les archives des actes civils de ma commune. Et j'ai eu confirmation que les paysans de mon village sont tous mes cousins à 3 ou 4 générations. Et j'ai surtout appris que du côté de ma mère, ils ont tous été paysans depuis au moins 8 générations. (j'ai quand même réussi à remonter jusqu'en 1780 !)

Mais je bloque parfois car les écritures (très belles) de l'époque ne sont pas forcemment très lisibles, et des doutes subsistent. Alors peut être que mamie pourra m'éclairer.

et quand j'aurais fait le tour de la famille maternelle, il faudra que je m'attaque au côté paternel, mais là ce sera plus compliqué car pour l'instant je n'ai aucunes infos. mais j'y arriverais, je suis patient.

Posté par numero20 à 09:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Fin »